Accueil > Guide sur les montres et l’horlogerie > La mesure du temps au Musée des Arts et Métiers

La mesure du temps au Musée des Arts et Métiers

La mesure du temps au Musée des Arts et Métiers
4.3 (85%) 8 votes

Pour les Parisiens ou les touristes fans d’horlogerie, trouver un musée sur ce thème dans la Ville Lumière, ce n’est forcément très simple. Pourtant, la France, et en particulier Paris, dispose d’un prestigieux passé horloger, surtout pendant l’Ancien Régime grâce aux demandes de la noblesse et aussi à la Marine. Nombre d’horlogers ont donc arpenté les rues de la capitale ou Versailles, mais il n’y a pas beaucoup de musées horlogers.

Cependant, en cherchant un peu, on peut trouver la perle rare en se rendant au Musée des Arts et Métiers situé dans le 3ème arrondissement de Paris. Vous y trouverez de très belles collections historiques d’horloges et montres qui permettent de retracer les progrès techniques de l’humanité. Je vais donc vous faire découvrir ce très beau lieu, et tout particulièrement ses pièces d’horlogerie…

Horlogerie astronomique

Le musée des Arts et Métiers, c’est quoi ?

Se rendre au Musée des Arts et Métiers de Paris, c’est découvrir le glorieux passé de l’humanité d’un point de vue technique et technologique. C’est partir dans les traces des inventeurs et des aventuriers de l’histoire des techniques pour voir comment nous en sommes arrivés à ce que nous sommes aujourd’hui. Pour découvrir cette culture peu médiatisée, rien de mieux qu’un beau musée installé dans l’abbaye de Saint-Martin-des-Champs et son église depuis 1794. Mais avant cela, une petite présentation du musée et de son histoire sont obligatoires.

Histoire

En fait, on doit les premières collections au mécanicien français Jacques de Vaucanson (1752), qui vont être complétées par les collections d’aristocrates et de l’Académie Royale des sciences juste après la révolution. L’ouverture a eu lieu en 1802 dans l’espace de l’ancien prieuré selon les souhaits de l’Abbé Grégoire, le fondateur du Conservatoire des Arts et Métiers.

Au début de l’aventure de ce musée, des personnes faisaient des démonstrations des différentes machines ou pièces exposées. Au fil des ans, les collections du musée vont s’enrichir pour suivre les progrès de la technologie et surtout la Révolution Industrielle du XIXe et du début du XXe siècle.

Cadrans Solaires du XVIIe et XVIIIe

Présentation

Après plus de deux siècles de fonctionnement, le Musée des Arts et Métiers s’est considérablement enrichi, avec une collection de 80 000 objets et photographies dont seulement 2500 sont présentés au public. C’est donc un immense musée (10 000 m² dont 6 000 m² pour les expositions permanentes) que vous pourrez visiter dans un bâtiment particulièrement beau.

Bien sûr, les arts et métiers sont thématisés, c’est-à-dire qu’il existe plusieurs thématiques pour mieux comprendre les techniques et les métiers humains. Vous pourrez retrouver :

  • Les instruments scientifiques : de mesure, de laboratoire (c’est ici qu’on trouve la plupart des objets sur l’horlogerie)
  • Les matériaux : du bois au verre, en passant par les céramiques, les métaux ou encore les plastiques
  • La construction : de la construction en bois, au béton, en passant passant par l’acier
  • La communication : vous découvrirez l’imprimerie, le télégraphe, la photo, la vidéo, etc.
  • L’énergie : découvrez les différentes énergies utilisées par l’homme avec l’eau, le vent, le charbon, le pétrole ou le soleil.
  • La mécanique : c’est l’endroit où l’on retrouve plein de mécanismes, d’outils et de machines dont certains servent à l’horlogerie.
  • Le transports : des locomotives à vapeur à la fusée en passant par les TGV, les voitures ou les avions, vous découvrirez les transports qui aident les hommes depuis la révolution industrielle.

En plus de ces collections magnifiques, le musée offre plusieurs expériences scientifiques ou encore des objets d’exception comme le Pendule de Foucault qui trône dans l’église du musée.

Après une petite visite, qui durera sans doute plusieurs heures voire une journée, vous comprendrez mieux les évolutions technologiques de l’unité et l’importance des différentes révolutions techniques et industrielles.

Un aéronef dans le Musée des Arts et Métier

Les collections horlogères

Après vous avoir fait découvrir le musée, je vous faire un petit compte-rendu de ma petite visite de ce dernier, et plus particulièrement en ce qui concerne les différentes collections et parties de ce musée dédié au plus beau des arts techniques, l’horlogerie.

Compter et mesurer le temps

Nous commençons la visite du musée par les instruments scientifiques, et plus particulièrement par les instruments de mesure d’avant 1800, et plus particulièrement ceux servant à compter le temps.

Avant les débuts de l’horlogerie mécanique à la fin du Moyen-Age, les cadrans solaires et les clepsydres sont utilisés pour mesurer le temps. Le Musée des Arts et des Métiers propose une très belle collection de cadrans solaires aux formes parfois innovantes, souvent de poche et qui datent pour la plupart des XVIIe et XVIIIe siècles. Ensuite, on trouve un très beau clepsydre, quelques sabliers.

Ensuite, les pièces exposées deviennent de plus en plus belles et précieuses, avec des globes astronomiques équipés d’un mouvement horloger, puis des pièces de plus en plus compliquées avec les premières montres à gousset d’un certain Abraham-Louis Breguet, des horloges astronomiques, des pendules, des mouvements à indicateurs de marée, des montres décimales (sous la Révolution, on comptait des journées de dix heures !), etc.

Même si la plupart des pièces qui sont exposées datent de plus tard, on arrive à voir le cheminement de la mesure du temps à travers les époques, depuis l’utilisation d’outils basiques jusqu’à des horloges à mécanisme complexe.

Cadran solaire portatif

Des montres véritables pièces de musée

A partir du XVIIIe siècle, et encore plus au XIXe siècle, l’horlogerie est très appréciée par les grands de ce monde.

Logiquement, les horlogers créent des pièces de plus en plus compliquées avec des quantièmes, des complications astronomiques, mais aussi avec une décoration qui va avec. Les horloges sont de plus en plus belles avec de l’or, des finitions d’exception et des cadrans de toute beauté.

On découvre aussi de très belles horloges de type franc-comtoise particulièrement décorées.

Pendule à planetaire par Raingo et Garnier

Des instruments essentiels

Au fil des vitrines sur les différents instruments scientifiques, nous découvrons aussi les horlogeries de marine d’un certain Ferdinand Berthoud, horloger du Roi et de la Marine et l’un des plus grands spécialistes de ce type de mécanisme essentiel à la navigation en haute mer. Effectivement, les chronomètres de marine étaient d’une très grande précision et ils permettaient de calculer la position du vaisseau avec la longitude et latitude, quels que soient le temps et l’état de la mer.

Le Musée des Arts et Métiers propose aussi de découvrir dans cette même pièce l’atelier laboratoire de recherche de Ferdinand Berthoud, où ce dernier faisait ses recherches pour améliorer ses mécanismes horlogers. Il fut racheté en 1782 par Louis XVI, roi reconnu pour son intérêt pour la technique et les sciences.

Ce Suisse n’est pas le seul à avoir fabriqué des chronomètres de marine, car une autre vitrine nous propose les créations de Breguet ou de l’horloger français Le Roy. Ce dernier est d’ailleurs l’un des plus grands artisans de son temps avec une vitrine qui lui est entièrement consacrée.

Vitrine des horloges marines françaises

 

L’échappement et les évolutions techniques

En tant que musée spécialisé sur la technique et la science, ce lieu présente aussi une vitrine sur l’échappement. Cet organe de régulation, essentiel pour le fonctionnement des mécanismes horlogers, a évolué au cours du temps. On trouve dans cette vitrine différents types d’échappement comme l’échappement à ancre (le plus courant), à roue de rencontre, duplex, etc.

Ensuite, vous aurez la chance de voir les évolutions de la science horlogère, comme par exemple les premiers mécanismes électriques, une horloge pneumatique…

Les différents mécanismes horlogers

Les machines outils horlogères

Après plusieurs parties très intéressantes sur les matériaux, la construction, la communication, l’énergie, nous arrivons dans la partie dédiée à la mécanique. Dedans, vous verrez plusieurs vitrines dédiées à l’horlogerie avec plusieurs machines outils et instruments dont se servaient et se servent encore les horlogers pour fabriquer et finir les mouvements et les boîtiers des montres et horloges.

En fait, les horlogers ont largement participé au développement de la mécanique et des machines outils, car pour faciliter leur travail, ils ont eux-mêmes développé des outils correspondant à leur besoin et leur attente. On découvre par exemple des tours à tailler des fusées, des machines à tailler des limes ou encore des tours à guillocher.

La salle des automates

Dans une pièce sombre au milieu du lieu dédié à la mécanique, se trouve la pièce des automates. Artisanat très lié à l’horlogerie, on découvre différents automates, et même des horloges automates de pure beauté. A ne pas rater !

Cadran Solaire multiple par Blondeau

Infos pratiques

Visiter ce musée, c’est donc une très belle expérience, surtout pour tout ceux qui sont passionnés par les mécanismes, l’ingénierie ou les sciences. Par contre, prévoyez une bonne demi-journée, voire 4 à 6 heures pour tout visiter. Les enfants ne s’ennuieront pas non plus, avec de nombreux ateliers qui leur sont dédiés. Il existe aussi des visites guidées pour les adultes.

Pour vous y rendre, le Musée des Arts et Métiers se trouve au 60 rue Réaumur dans le 3ème arrondissement de Paris. On peut y aller aussi par le métro en prenant la ligne 3 ou la ligne 11 (la station de la 11 est à voir absolument !).

Pour les horaires, je vous laisse regarder sur cette page et pour les prix c’est ici.

Si vous souhaitez découvrir un autre musée dédié à l’horlogerie, rendez-vous à Genève et plus particulièrement au Musée Patek Philippe, à La Chaux-de-Fonds au MIH ou encore à Paris au musée Breguet de la Place Vendôme.

Un commentaire

  1. I am interested in obtaining pictire of the clocks in your collection by the firm “VanHoof et Fils” from Antwerp. They were very active 1750-1800s. The predominant horloger was “J. VanHoof”.

    Regards,

    David W. VanHoof

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*