Accueil > Découverte horlogère > Montres cultes et légendaires > Omega Speedmaster : la montre lunaire iconique

Omega Speedmaster : la montre lunaire iconique

Omega Speedmaster : la montre lunaire iconique
4.3 (85%) 4 votes

Incarnation de l’esprit pionnier et aventurier de la marque, la Speedmaster fait partie des modèles les plus emblématiques de la maison Omega. Et si elle est précédée d’une réputation si flatteuse, c’est parce qu’en dehors de ses qualités esthétiques et techniques, elle est aussi la seule montre à avoir voyagé jusqu’à la Lune.

Omega Speedmaster : une gamme de rêve

Il y a des montres qui font rêver. Il y a des montres dont le seul nom convoque une histoire trépidante. Présenté pour la première fois en 1957, l’Omega Speedmaster est sans doute l’un des chronographes les plus connus au monde. Avec ses quelques 250 déclinaisons différentes en près de six décennies, voilà une gamme qui a pour le moins marqué profondément les esprits. Sans avoir l’intention d’arrêter ses trotteuses en si bon chemin.

Ces centaines d’itérations ont présenté de nombreuses évolutions et des lignes marquées par des différences à la fois esthétiques et techniques. Si les calibres ont été perfectionnés au fil du temps, Omega a également proposé un large choix de mouvements (manuels, automatiques, avec phase de lune, à diapason, avec rattrapante, à calendrier perpétuel, à échappement co-axial) ainsi que des modèles à quartz numériques ou quartz multifonctions hybrides. Les boîtiers eux-mêmes ont connu des variantes : acier, or, titane, en version joaillerie ou avec fond transparent. Ils ont aussi changé de taille au fil des années.

Omega Vintage

Petite histoire des modèles de la Speedmaster

La montre Omega Speedmaster originelle est produite en 1957, baptisée « Broad Arrow » en référence à la forme de son aiguille des heures. Animée d’un calibre 321 doté d’une commande centrale par roue à colonne, aussi connu sous le nom de Lémania 2310, elle présente un cadran à l’esthétique inspirée des tableaux de bord des voitures italiennes de l’époque. Pour faciliter la lecture des chiffres et des aiguilles, la marque joue sur le contraste entre les noirs et les blancs, qui lui confère d’autant plus d’élégance. Quant au nom Speedmaster, il s’explique par l’échelle tachymétrique gravée sur la lunette, qui deviendra la marque de fabrique de la gamme.

C’est en 1965 que le terme « Professional » est ajouté sur le cadran de la Speedmaster. À l’époque, la gamme créée par Omega est devenue l’accompagnatrice officielle des vols spatiaux habités (vous aurez tous les détails dans la partie « Moonwatch », un peu plus bas), et le mot fait ainsi référence aux professionnels de la NASA qui ont fait de la Speedmaster la seule montre à avoir jamais été sur la Lune en juillet 1969. C’est rétrospectivement que le modèle Moonwatch, antérieur à 1965, s’est fait appeler « pré-Professional ».

Mais l’espace n’est pas la seule frontière franchie par l’Omega Speedmaster. Partenaire des péripéties les plus folles, elle parcourt, en avril 1968, quelques 1 300 kilomètres sur la calotte polaire au poignet de l’un des quatre explorateurs qui atteignent l’exact Pôle Nord géographique. Et devinez comment ils mesurent leur position à 90° de latitude Nord ? À l’aide d’un sextant et d’une Speedmaster.

La même année, Omega apporte à sa création sa seule modification d’importance depuis ses débuts, en remplaçant le calibre 321 par une version plus évoluée, le 861, un chronographe à commande centrale par cames. Renommé 1861, puis suivi des évolutions 1863 et 1866, celui-ci est toujours en activité dans la gamme.

Omega Speedmaster 57

Les différentes itérations au fil des décennies

Voici une liste non exhaustive des modèles les plus emblématiques ayant marqué la gamme Omega Speedmaster depuis 1957 :

  • La Speedmaster Automatic en 1971, la première capable de se remonter d’elle-même
  • La Speedmaster Reduce en 1988, avec pour la première fois un cadran réduit de 42 à 39 mm
  • La Speedmaster Automatic « Reduced-Date » en 1991, équipée du calibre 1155
  • La Speedmaster Automatic Day-Date en 1993
  • La Speedmaster X-33 en 1998, développée en collaboration avec les astronautes de la NASA et pouvant être manipulée avec des gants, entre autres options technologiquement avancées
  • La Speedmaster Automatic Rattrapante Chronometer en 1999, équipée du calibre 3600 à grenage circulaire et côtes de Genève
  • La Speedmaster Automatic Chronometer « The Legend » en 2005, en hommage à Michael Schumacher
  • La Speedmaster Chronometer « Broad Arrow Co-Axial Rattrapante » en 2006

L’échappement co-axial signale une évolution majeure dans l’histoire de l’horlogerie, et c’est le groupe Swatch qui l’a exploité industriellement pour sa marque Omega. Cette invention du maître-horloger britannique George Daniels se différencie de l’échappement ordinaire à ancre sur plusieurs points : il réduit les frottements à l’intérieur du calibre, présente des performances chronométriques meilleures et nécessite moins d’entretien. Les montres Omega Speedmaster co-axial sont équipées du calibre 9300/9301.

Dernièrement, en 2015, Omega a continué de rendre hommage aux astronautes qui ont porté ses montres pendant la conquête spatiale, avec de nouvelles déclinaisons de la Speedmaster « Dark Side of the Moon » (à lire dans cet article). Ces modèles présentent un fond céramique noir doté de repères en nitrure de chrome, proposé pour la première fois en 2013, et sont mises en mouvement par un calibre co-axial 9300. Au nombre de quatre (Black Black, Sedna Black, Pitch Black et Vintage Black), ces modèles se distinguent notamment par leur utilisation du noir et leur jeu sur les contrastes entre les aiguilles, le cadran et le boîtier.

Omega Speedmaster Mark II

La Moonwatch

La Moonwatch est sans doute la déclinaison de la Speedmaster la plus célèbre : elle est la seule montre à avoir volé dans l’espace et à être allée jusqu’à la Lune. Au début des années 60, la NASA cherche des chronographes capables de résister aux conditions extrêmes du vide spatial. Après une batterie de tests très poussés effectués sur les quatre finalistes, l’administration américaine finit par sélectionner le modèle d’Omega. Depuis, celui-ci est resté attaché aux poignets des astronautes effectuant des vols spatiaux, et les cosmonautes russes l’ont également choisi pour leurs séjours dans la Station spatiale internationale.

La toute première Omega portée dans l’espace est la Speedmaster de Wally Schirra, le 3 octobre 1962, lors de la mission Sigma 3 appartenant au programme Mercury. Elle accomplit, à cette occasion, six tours de l’orbite terrestre.

Puis, en 1969, la Speedmaster accompagne les astronautes à la conquête de la « Nouvelle Frontière » définie par John F. Kennedy à l’aube de la décennie : lorsqu’il pose le pied sur le sol lunaire, quelques instants après Neil Armstrong, Buzz Aldrin porte au poignet sa montre Omega. Pourquoi Aldrin et pas Armstrong ? Parce que celui-ci a dû laisser la sienne dans le module lunaire pour remplacer un compteur électronique tombé en panne !

Omega Speedmaster Moonwatch

Le modèle porté sur la Lune est doté d’un écran noir, d’une échelle tachymétrique, d’un cadran de 42 mm de diamètre, d’aiguilles des heures et des minutes revêtues de Super-LumiNova, d’un verre hésalite de protection, et de trois compteurs : 30 minutes, 12 heures et petite seconde. Son boîtier est en acier inoxydable et son bracelet également (parfois remplacé par du cuir noir).

L’histoire étonnante de l’Omega Speedmaster, désormais qualifiée de « Professional », ne s’arrête pas à cet exploit. En avril 1970, elle contribue à sauver la vie des trois astronautes de la mission Apollo 13 – rendue célèbre par le film de Ron Howard avec Tom Hanks. Alors que le monde retient son souffle après une explosion survenue dans le module à 300 000 kilomètres de la Terre, les astronautes sont forcés de mesurer à la main la durée de variation de leur trajectoire à l’aide d’un appareil de chronométrage de bord improvisé. Vous devinez lequel ? Leur montre Speedmaster.

La Speedmaster Apollo 13 Silver Snoopy Award rend hommage à ce sauvetage miraculeux, ainsi qu’à l’ingéniosité des trois astronautes qui sont parvenus à rentrer en vie. Son nom provient du Snoopy Award, prestigieuse récompense décernée par la NASA au fabricant pour sa contribution à cette opération de sauvetage.

Speedmaster Moonwatch Professional Silver Snoopy Award

Quelle autre modèle de montre peut se targuer d’avoir une histoire si … cosmique ?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*