Accueil > Actualité de l'industrie horlogère > Pequignet se fait racheter par Enowe pour accélérer sa croissance

Pequignet se fait racheter par Enowe pour accélérer sa croissance

L’horloger de Morteau, dans le Jura français, connu pour ses superbe mouvement manufacture et la qualité de ses productions changent de nouveau de main. Pequignet vient en effet de passer sous le contrôle du fonds d’investissement familial et éthique Enowe. L’objectif pour ce dernier est d’accompagner la PME franc-comtoise dans son développement en apportant des moyen financier, ainsi qu’une expertise stratégique et opérationnelle.

Alors découvrons dès-maintenant tout ce que cela va changer pour l’horloger Pequignet.

Un rachat par un fonds d’investissement spécial

Pequignet, qui est depuis quelques années un spécialiste des montres françaises avec son mouvement fabriqué en France, même si une partie des éléments viennent de Suisse, et ses montres assemblés sur son atelier de Morteau, dans le département du Doubs, vient de se faire racheté par un fonds d’investissement. Cependant, ce dernier est bien différent de la plupart d’entre eux, car il s’agit d’un fonds familial, Enowe, créé par Hugues Souparis.

Cela permet à l’horloger français et ses 20 collaborateurs de continuer leurs relance, car il faut se rappeler que suite au lourd investissement réalisé pour lancer le Calibre Royal entre 2005 et 2011, la maison d’horlogerie avant quasiment fait faillite avant d’être reprise en 2017 par 4 commerciaux et ingénieurs qui l’avait bien remis à flot. Ils vont d’ailleurs continuer l’aventure avec Enowe dans l’objectif de continuer son développement.

Pour Enowe, se rachat participe à sa stratégie de soutenir des projets entrepreneuriaux à « impact positif » et Pequignet sera placé dans un pôle excellence qui comptera à terme un groupe de 4 à 6 PME française spécialisé dans le bien-être à la française et qui pourront collaborer entre-elles. D’ailleurs, il faut se rappeler que Pequignet détient depuis 2014 le label EPV, Entreprise du Patrimoine Vivant.

Quels avenir pour Pequignet ?

Avec ce rachat, l’avenir de Pequignet s’éclairci encore plus, car même si la situation économique avait largement été assainie – la société devrait d’ailleurs réalisé 2,9 millions de chiffre d’affaires en 2021 en hausse de 40% par rapport à 2019, tout en étant rentable -, elle va pouvoir maintenant avoir plus de moyen pour accélérer son développement en France et à l’international, mais aussi dans le digital.

L’un des grands enjeux de Pequignet est tout simplement de devenir un vrai producteur de mouvements mécaniques horlogers en France, c’est-à-dire en produisant un calibre 100% français, ce que n’est pas actuellement le Calibre Royal (qui dispose de pas moins de 8 brevets), ni le Calibre Initial qui est composé de 80% de pièces françaises. Ce dernier, équipe d’ailleurs les Pequignets Attitude qui sortent dans une édition en or limitée et numérotée à 100 exemplaire pour la France et le Japon (un grand marché pour Pequignet).

Le Calibre Initial, qui est plus simple et petit que son grand frère le Calibre Royal et qui propose les fonctions 3 aiguilles avec 65 heures de réserve de marche sera aussi proposer à d’autres horlogers qui souhaitent profiter d’un mouvement fabriqué en France dans leur montre.